C’est compliqué !

C'est compliqué !

Voilà sans doute la phrase la plus prononcée ces derniers temps. 

Je me suis donc demandé si c’était VRAIMENT si « compliqué », ce que cela voulait dire, impliquait et comment notre perception du monde était impactée par ces 3 mots.

On ne va pas se mentir, la situation n’est pas simple, en constante évolution et demande une agilité toute nouvelle. D’accord, mais est-ce vraiment « compliqué » ?

Compliqué ou complexe ?

J’ai donc été voir la définition de « Compliqué » dans le Larousse : « Ce qui est difficile à démêler, à comprendre : C’est d’un compliqué ! » 

Ensuite, j’ai comparé avec le mot complexe : «Qui contient plusieurs parties ou plusieurs éléments combinés d’une manière qui n’est pas immédiatement claire pour l’esprit. »

Nous sommes donc dans une situation complexe et instable.
Cependant, la compréhension de la situation est assez simple : un virus circule et les gouvernements adaptent en temps réel les règles. Ce qui devient compliqué, c’est de s’adapter en temps réel.

Les bars sont ouverts puis refermés, les restaurants peuvent ouvrir, mais, sous contraintes et l’adaptation des règles sanitaires est de l’ordre du casse-tête (complexe) dans bien des domaines.

Quel impact sur nos vies et dans la vie économique ?

Dans les années 90, le concept de VUCA faisait son apparition pour décrire le monde après l’effondrement de l’URSS. Ce bel acronyme anglais pour volatility, uncertainty, complexity, and ambiguity a été remis en avant dans la Harvard Business Review de février 2014. Ce sont donc 4 challenges à relever en même temps et qui impactent toute la chaîne de valeur… et notre quotidien désormais.

Dans la sphère privée, nous sommes privés d’une partie de nos libertés fondamentales, les liens sociaux sont contraints et nos loisirs réduits. Il est clair qu’il devient alors important de se réinventer pour garder du lien.

Les soirées entre amis ou en famille sont essentielles pour bon nombre d’entre nous.
Allons-nous refaire des apéros Skype ?
 Imaginer des diners Skype à distance avec nos amis ? 

Le lien avec nos aînés est aussi à repenser. Pour ne pas les isoler, la technologie apporte un soutien (temporaire), mais bientôt il faudra réintroduire les liens en présentiel. Nous nous en rendons de plus en plus compte : nous avons besoin de voir le visage « complet » des personnes et d’échanger. Nous ne partageons pas les mêmes émotions derrière un téléphone, un écran ou un masque. L’information circule par le  langage verbal et non verbal.

Pour les entreprises, les challenges sont également nombreux. Du maintien du lien avec l’entreprise à la gestion de la volatilité de la demande : les équipes sont soumises à de nombreuses sollicitations changeantes.

Par exemple, imaginons que vous souhaitiez lancer un nouveau produit, le time to market  est, en temps normal de quelques mois ou quelques semaines. Aujourd’hui, les besoins évoluent extrêmement vite et il n’est plus possible d’avoir le temps d’analyser le marché. Une annonce gouvernementale change complètement les comportements et parfois de manière imprédictible. Il est aujourd’hui difficile d’imaginer quel sera le marché de la restauration dans une semaine dans toutes les villes ayant un couvre-feu. De même, le télétravail modifie notre manière de consommer… qui s’adapte aux nouvelles contraintes.

Il faut donc sans cesse se réinventer et devenir agile. Pour ceux qui, hier, n’aimaient pas le changement, la situation les met sous pression en continu.

Alors, comment faire dans un monde encore plus VUCA qu’en 1990 ?

Si la chute de l’URSS avait créé un moment d’incertitude au niveau mondial, un pangolin a créé un raz-de-marée d’incertitudes et de réactions gouvernementales variées. Au niveau mondial, voyager demande une organisation soignée avec en toile de fond la possibilité d’un reconfinement de certains pays, d’une quatorzaine ou de tests.

Alors, pour les entreprises, plutôt que de se réfugier derrière la complexité, l’incertitude et la volatilité, il faut en faire une opportunité d’innovation sur des cycles courts. À l’image des start-up qui lancent des PMV (Produit Minimum Viable), il faut innover vite, faire les tests en  temps réels et s’adapter en direct.

Il ne faut pas le voir comme une pression supplémentaire, mais plutôt comme un challenge créatif pour avoir des circuits de lancement plus courts, plus adaptables et plus ouverts. À un moment où la créativité se trouve également sous pression par le manque d’échange, il est pourtant essentiel d’innover, de sortir du cadre.

Dans la sphère privée, les emplois du temps sont parfois chamboulés et les fêtes de famille doivent s’adapter sans cesse. Si, pendant un temps, reporter les fêtes était LA solution, aujourd’hui, mon conseil est de se RÉINVENTER. La situation est en train de s’inscrire dans le temps. Il faut désormais envisager l’incertitude comme une constante et construire sa vie avec.

Et l’entreprise dans tout ça ?

Si on ne peut partager comme avant, imaginons des solutions palliatives pour maintenir le lien et le contact.

Comme l’indiquait Forbes dans son article de novembre 2019 dans ce monde VUCA, on ne peut certes rien prédire, mais tout peut devenir une opportunité.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire