Le Reengineering, c’est quoi?

Penser les concepts "out of the box"

Je m’excuse d’avance auprès de puristes du reengineering, je ne ferai pas une présentation en 5 étapes de l’application de cette méthode. Je propose ici de regarder ce qui peut être pertinent, de mon point de vue, dans ce mouvement et ce qu’il faut prendre en compte comme étant les limites d’application.

Pour commencer, voici la définition de M. Michael Hammer et James Champy, les créateurs du concepti

« Il s’agit de partir d’une feuille blanche et reconstruire, voire réinventer le fonctionnement d’une entreprise, d’une entité, d’un service, d’un flux ou autre partie d’une organisation »

Va au travail
Photo by Marten Bjork on Unsplash

Origine et Principes:

u-kemm_3 people
Photo by Icons8 Team on Unsplash

Modélisée par un ancien professeur du MIT et par un diplômé du MIT, cette méthode date de la fin des années 90.

Leur objectif était d’identifier les points faibles d’une organisation afin d’éliminer notamment les goulots d’étranglement.Ils mettent également le client au centre de l’entreprise et insistent sur quelques convictions qui, selon eux, sont à partager par l’ensemble des salariés:

– Les clients paient nos salaires: je dois les satisfaire
– Tous les postes sont essentiels et importants: ce que je fais est capital<
– Brasser de l’air de mène à rien
– Je suis responsable: je dois accepter les problèmes et les résoudre.
– Je fais partie d’une équipe
– Personne ne sait ce que demain nous réserve: je dois apprendre sans cesse.

Le reengineering connut son heure de gloire de 1990 à 2000 environ. Elle permit aux entreprises d’améliorer leurs processus rapidement.
Dans les entreprises bien connues qui l’ont utilisée, nous pouvons citer par exemple PSA, Kodak, Motorola, Texas Instrument.

Sa mise en place et ses limites

Sa mise en place se fait en repensant l’entreprise comme si l’on partait d’une page blanche.

L’approche est d’écrire les process de l’entreprise plutôt que d’améliorer les existants.

Ce principe est très puissant et offre énormément de liberté d’action. L’entreprise se libère des contraintes de pensée liée aux services, départements, organisations existants, outils de travail, etc.

Il permet, entre autres, l’intégration des nouvelles technologies sans frein à la pensée.

Cependant, il faut aussi avoir conscience des limites que cela impose. Si nous ne tenons pas compte de l’histoire de l’entreprise, des personnes y travaillant, c’est le savoir et le savoir-faire qui risquent de se perdre. En effet, le réengennering casse l’existant : ce qui est extrêmement difficile à vivre pour les personnes. Mal accompagnée, la mise en place peut vite coûter cher et être beaucoup moins efficace qu’espérée.

Et demain, comment m'en inspirer?

Plutôt que de vouloir déployer une solution complète qui ne correspond pas à 100% au problème d’une entreprise, je propose de regarder quels sont les concepts qui peuvent inspirer.

Ici, le point clé est de : 

Libérer la pensée de toute contrainte existante
pour se permettre d’étudier la meilleure solution pour l’entreprise complète.

Le covid -19 a déjà posé une pierre en ce sens. Aujourd’h’ui et pour quelques « jours » nous sommes chez nous et nous avons déjà réinventé notre quotidien. 
Nous avons tous la capacité d’imaginer autre chose, une autre manière de faire.

Profitons de cette période pour en faire une opportunité pour réfléchir à demain. 

u-kemm_work_at_home

Pour en savoir plus: « Le Reengineeering » de Michael Hammer et James Champy

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire